Skip to content

Recital Denis Pascal – Festival de Tautavel, 16 mai 2010

Après les solistes de l’Intercontemporain (Brahms, Ligeti) et le trio Wanderer (Clara et Robert Schumann), c’est Denis Pascal, éminent pianiste et pédagogue qui venait célébrer Chopin lors de la troisième soirée de ce festival, dans un programme intelligemment conçu pour ravir nos oreilles et soutenir notre attention. Chopin n’aimait pas, ne comprenait pas la musique de Schumann. Les excès de l’un rebutaient la pudeur et la retenue de l’autre : des qualités que l’interprète nous faisait subtilement ressentir à la faveur d’un jeu sobre autant qu’intérieur où la recherche du timbre et le mystère dans le timbre semblent toujours l’emporter.
Denis Pascal débutait le concert mezza voce avec ces « danses de l’âme » que sont les Mazurkas – quatre parmi les plus belles mais elles sont toutes divines ! – qui nous mettaient à l’écoute d’une sonorité raffinée et toute en nuance. Suivait un premier Nocturne, l’ample et singulier opus 48 n°1 chanté avec beaucoup de naturel et d’élégance dans le son. Plus mélancolique, le Nocturne op. 27 n°2 était baigné d’une aura poétique délicate sous les doigts de l’interprète qui terminait cette premier partie de concert par la dramatique Sonate « funèbre » jouée avec une souveraine maîtrise du clavier dans un grand respect du texte et une belle lisibilité formelle. Ici encore c’est le timbre qui creuse l’expressivité dans la marche funèbre évitant toute dérive sentimentale.
La splendide Ballade n°4 débutait la seconde partie du concert. Dans cette œuvre incontournable de l’âme romantique, Denis Pascal privilégiait davantage la richesse polyphonique et la ligne directrice au détriment peut-être de la fougue narrative qui anime cette forme rhapsodique. Après la somptueuse Polonaise en ut mineur, notre pianiste avait choisi de terminer avec panache cet itinéraire romantique par l’immanquable Polonaise fantaisie où la brillance du jeu le disputait à l’envergure du geste.
Les deux bis qu’il offrait au public – une Allemande de Rameau et Reflets dans l’eau de Debussy – pointaient les constantes d’une certaine lignée française – transparence de l’écriture, mystère du clair-obscur – au sein de laquelle Denis Pascal semble bien inscrire l’art de Chopin.

Michèle TOSI – www.resmusica.com – 25 mai 2010

Scroll To Top