Skip to content

Denis Pascal joue Liszt – Une invitation au voyage

Denis Pascal entretient depuis de nombreuses années une relation privilégiée avec les Rhapsodies hongroises de Liszt dont il a d’ailleurs enregistré l’intégrale pour le label Polymnie. Pour son récital annuel Salle Gaveau dans le cadre des Productions Philippe Maillard, il offre un bouquet de treize de ces pièces marquées du sceau du folklore bohémien réinventé et de l’épopée nationale magyare.
Aucune ostentation dans cette interprétation d’un calme apparent, naturelle, sans effets inutiles, mais qui débusque toute l’originalité du timbre, du rythme et d’un rubato subtilement dosé. Le choix des pièces est, à lui seul, révélateur de la démarche d’un artiste plus soucieux de musicalité que de démonstration. Hormis la célèbre Rhapsodie n° 15 (« Marche de Rákóczy »), aucune concession n’est faite aux pages plus spectaculaires ou rebattues. Dans ce florilège, l’attention portée au lyrisme (Rhapsodie n° 13), à la couleur, à l’élégance, à la clarté, à la beauté du toucher est secondée par un sens de la pulsation qui retrouve la courbe et les élans de la musique populaire. La virtuosité expressive se met toujours au service d’une lecture noble et sensible qui rattache Liszt à la modernité (Rhapsodie n° 16).
Disciple de György Sebök à l’Université de Bloomington, Denis Pascal a tenu à rendre hommage à ce maître du clavier. Les trois bis (dernier mouvement de la Suite op. 14 suivi d’un extrait de Pour les enfants de Bartók, l’Adagio de la Toccata en do majeur de Bach / Busoni, la Mazurka op. 17 n° 4 de Chopin) sont exécutés avec la grâce et la poésie d’un rêve éveillé qui retrouve l’univers intime du pianiste hongrois auquel Denis Pascal doit tant. Le public, venu nombreux, se fait l’écho de ce récital nostalgique et émouvant, aux parfums prégnants d’Europe Centrale.

Michel LE NAOUR, www.concertclassic.com, 7 février 2011

Scroll To Top